Rendez-vous citoyen « Animaux en ville » : le compte rendu

dans Santé, le 18 mai 2017 | 0 commentaire

ANIMAUX-EN-VILLE.JPG

Le Rendez-vous citoyen consacré aux animaux en ville a réuni pas moins de 20 personnes. Les intervenants étaient de divers horizons, avec Michèle Striffler, conseillère municipale déléguée à la condition animale et aux actes de prévention, une représentante du service communal d’hygiène et de santé, de la police municipale, de la coordination Santé, et le nouveau directeur du refuge de la Société protectrice des animaux de Mulhouse, Hugues Zech.

 

La lutte contre les insectes parasites
 

Le premier volet du Rendez-vous, relatif aux insectes, a fait l’objet de questionnement notamment sur les traitements et modes de propagation des punaises de lit et des blattes.
Sans être exhaustifs, les représentants des services municipaux ont fourni quelques indications.

Depuis les deux dernières années, la propagation des punaises de lit est en recrudescence, occasionnant des désagréments pour les riverains. La représentante du service d’hygiène de la villle a insisté à plusieurs reprises : « l’invasion de ces parasites n’est pas une question d’hygiène » et par conséquent, il n’y a pas à culpabiliser. Le drame de la présence de ces parasites est que l’on ne peut s’en débarrasser seul, avec des remèdes comme : laver la literie à 90° ou mettre des coupelles sous les pieds d’un lit. Les bestioles nichent et pondent (35000 oeufs par an et gestation des oeufs pendant 1 an !) dans les fentes des parquets et les failles des murs, ne sortant que la nuit. Leur présence se décèle par l’apparition de boutons et déclenche des allergies.

Pour éradiquer les punaises de lit, une seule solution : un professionnel qui emploie des biocides et qui interviendra à plusieurs reprises. Recommandation particulière : comparer les devis des sociétés ! L’intervention se chiffre en fonction de la surface à traiter. Elle demande à rester hors du logement pendant 5 heures.


« Surtout ne jamais écraser une punaise ! L’odeur est épouvantable ! »


Comme la punaise de lit est un parasite qui se transmet via les textiles, des participants se sont inquiétés des mesures que prennent les transports en commun. En ce qui concerne les trains, le traitement contre les insectes est effectué tous les trois mois, selon les informations des services municipaux. La Soléa a inclus également un traitement dans la maintenance des trams et bus.

A ne pas confondre avec les punaises de bois, de couleur verte, et qui volent au printemps et en été, en particulier, a signalé une participante, dans le quartier du Nouveau Bassin.

En ce qui concerne les blattes et cafards, la désinsectisation fait partie des charges locatives, et donc leur présence doit être signalée au gérant de la propriété en situation de location. Ce qui n’est pas le cas pour les punaises de lit, dont le traitement est à la charge de l’occupant. Si la punaise de lit ne propage pas de maladies, les cafards, eux, ont la réputation d’être « propres », mais ils utilisent une salive qui peut transmettre la salmonelle, ou des gastro-entérites. 


Chiens et chats


Si on doutait encore que les animaux domestiques pouvaient être un sujet plein d’émotions, le Rendez-vous citoyen en aura descillé plus d’un ! Les questions et remarques ont fusé : « comment nourrir un animal domestique quand on est à la rue ou quand on n’a pas les moyens ? » « Et comment les soigner ? », « Il y a un commerce illégal de chiens dans mon quartier, que fait la police » « Et qui s’occupe des chats errants des cimetières » « Les déjections canines ne sont pas verbalisées ». Et le silence qui a accueilli le récit par un participant, d’un animal blessé a été éloquent.

Le représentant de la police municipale* a rappelé que le rôle de celle-ci, sous ordre du maire, est de faire  respecter les règlements contenus dans le code de la santé publique, visant notamment la présence d’animaux dans les habitationset la protection contre les animaux errants, sauvages. Il faut ajouter le code civil qui stipule « que le propriétaire d’un animal, ou celui qui s’en sert, pendant qu’il est à son usage,est responsable du dommage que l’animal a causé », ainsi que le Code pénal relatif « aux sévices graves et actes de cruauté envers les animaux » et « aux contraventions contre les personnes coupables de la divagation ou de l’excitation d’animaux dangereux ». 

La dernière loi est celle du 20 juin 2008. qui renforce les pouvoirs de police des maires vis-à-vis des animaux dangereux, en autorisant notamment la confiscation de l’animal.

Des informations ont été apportées sur la réglementation des cas particuliers de chiens de 1ère et 2ème catégorie. L’accent a été mis sur les droits et devoirs des propriétaires d’animaux, les comportements non respectueux et les incivilités. 

Le directeur du refuge SPA a clarifié les directives de l’association en matière d’aide au nourrissage des animaux dont les propriétaires sont sans ressources : on distribue de la nourriture pour ceux-ci sur présentation d’un justificatif de revenus (les dons de nourriture pour chiens sont plus conséquents que pour les chats). En revanche, la SPA n’a aucun droit d’intervention en matière de soins vétérinaires. Passage obligé donc pour les propriétairs dans un cabinet vétérinaire.

En ce qui concerne les chats « libres » des cimetières, Hugues Zech a rappelé qu’il ne faut pas les  nourrir de façon « anarchique » afin « de ne pas retrouver des barquettes alimentaires sur les tombes ». Le responsable du refuge a indiqué que deux associations, qui avaient contacté les services municipaux, Pattes de velours et  Assistance Animaux Alsace,  ont constitué des équipes de nourrissage par zones dans Mulhouse, et que tout Mulhousien ou Mulhousienne peut rejoindre l’une de ces équipes s’il ou elle veut faire quelque chose pour ces petites bêtes abandonnées.

 

* Pour signaler les comportements d’un chien ou de son maître : [email protected] – Tél.: 07 87 82 74 25


Les rendez-vous citoyens s’adressent aux Mulhousiens et Mulhousiennes qui désirent se nourrir de sujets sur le vivre-ensemble et qui souhaitent disposer de ressources et d’outils pour mieux participer à la vie locale.

 

L’événement, sur le site

 

Rendez-vous citoyen : les animaux en ville